90 ans d'histoire des colonies de vacances et des Florimontains

portrait-abbe-ferrand.jpgA la fin du 19ème siècle, en marge de l’école publique et à partir d’institutions confessionnelles protestantes d’abord, catholiques ensuite, naissent "les colonies". Elles poursuivent un but hygiénique. Les associations organisatrices hésiteront longtemps entre le placement familial chez les paysans et la mise en place d’institutions collectives pérennes.

A partir de 1920, les organisations catholiques, qui avaient pris quelque retard lors de la création des colonies, vont très rapidement apparaître comme pionnières en matière éducative. Elles vont s’inspirer, assez largement, du savoir faire pédagogique du scoutisme.

Cette filiation intellectuelle marque, dès les origines, les séjours-vacances des Florimontains.

C’est dans ce contexte historique qu’apparaît, dans le paysage icaunais (Yonne), l’œuvre d’un jeune abbé : Bernard Ferrand qui, avec d’autres, va inventer le concept de loisirs éducatifs.

Bernard Ferrand investit le Val de Tamié en 1925. L’œuvre des Florimontains est née.

Image 21Dès ses origines, l’association fait de la découverte de la montagne un facteur d’enrichissement en lui consacrant dans les activités proposées une place prépondérante. L’approche morale, spirituelle, humaniste, esthétique de la pratique de la montagne est privilégiée.

La proximité de l’abbaye cistercienne de Tamié n’est pas sans influence sur l’activité du centre de vacances.

Cet environnement idéologique, cette culture de l’engagement  et de l’enthousiasme conduisent un certain nombre de Florimontains, lorsque sonnera l’heure du second conflit mondial, à accompagner Bernard Ferrand dans les mouvements de résistance à l’occupant allemand.

Plusieurs Florimontains disparaîtront dans la tourmente et notamment le premier d’entre eux, assassiné au camp de concentration du Struthof, le 2 septembre 1944.

La paix revenue, une équipe de jeunes animateurs va reconstruire l’association et  redémarrer les activités de la colonie de vacances.

Les Florimontains aujourd'hui

dsc5014-copie.jpgL’association, sans but lucratif, est dirigée par un conseil d’administration de 16 membres. Les administrateurs sont d’anciens colons et animateurs. Le bénévolat est fortement développé.

Dans un contexte marqué par une crise de confiance des familles pour les loisirs collectifs avec hébergement, l'association entend restaurer l'appétence des jeunes et de leurs familles pour une forme de vacances éducatives, sécurisées où la découverte de l'autre favorise la perception de sa propre personnalité.

L'association développe une offre de séjours thématiques et fait des loisirs éducatifs et de la pratique de la randonnée en montagne les outils de son projet éducatif.

En outre, elle fait sienne une pratique de la laïcité, fondatrice du modèle républicain français. Elle assure la liberté de conscience, s'engage à une obligation de neutralité et refuse tout prosélytisme.

 

Image sans titre 18